Un bon matin

Lorsqu’on remet notre histoire à un ami, un parent ou à quelqu’un qui se dévoue pour lire un aussi gros bloc de texte, on ne sait jamais quand les commentaires vont surgir. Il faut dire que je produis vite alors je me sens pratiquement coupable de leur demander de lire autant !

La semaine dernière : première réaction positive d’une amie. Ce matin, ma soeur qui n’est pas une grande lectrice était complètement emballée au téléphone. C’est une double victoire pour moi. Mieux encore : elle me demandait même comment en avoir une copie (il faut dire que je lui avais prêté ma version imprimée de chez CreateSpace) parce que ses copines au travail voulaient le lire. Elle m’a jasé de mes personnages comme s’ils existaient vraiment. Je vous dis : c’était très agréable.Voici donc comment les bonnes nouvelles font les bons matins. Et maintenant, vite, je suis en retard pour une journée de fou !