J’envie ceux qui écrivent des textes brefs. C’est une force de synthétiser les histoires, mais moi, j’y arrive pas. Chacun son truc, comme on dit. En même temps, quand on imprime pour faire lire nos écrits, c’est là qu’on voit comme le papier coûte cher. Pourtant, j’imprime recto/verso, avec une taille suffisante (calibri 11, mais je fais interligne 1,15 – le nouveau truc dans word 2007).

Suite à la diffusion du film L’enlèvement, j’ai eu pas mal de demandes pour lire l’histoire complète et après avoir lu celui-ci, les gens voulaient lire Rêves, puis dernièrement La mémoire de l’ombre. J’ai eu des lecteurs assez intenses : 4 livres en moins d’une semaine, de beaux courriels et des témoignages qui font drôlement plaisir. Marie-Andrée qui a terminé le tome 03 de Rêves cette nuit à 4 heures du matin et qui a commencé Dons et malédictions ce matin, ma soeur qui a trouvé des feuilles mélangées et qui a cherché la suite, paniquée de ne pas pouvoir connaître la suite (elle était dans un passage assez crucial), des gens qui me demandent la suite de Dons (euh… non). Et un beau courriel de Marie-Andrée qui m’annonce qu’elle a pleuré tout un après-midi parce que mon personnage a tenté de se suicider. Disons que la semaine a été riche en commentaires de cet ordre (disons-le, ça fait du bien). J’ai hâte de pouvoir les récupérer (car ils ont gribouillés dans les copies papiers) et me remettre au boulot. Il faut bien corriger ça, hein ! J’avais bien quelques copies en circulation de Rêves (3 ou 4), j’en ai trois de Dons et malédictions (celui qui a été utilisé pour L’enlèvement), mais je n’étais pas encore prête à laisser mon dernier partir. Quand même, devant une amie qui attend avec impatience de lire cette histoire, j’ai pris la liberté d’imprimer les 3 premiers tomes (le premier coupe raide, le deuxième, tu veux juste mourir et le troisième, on survit).

Marie-Andrée qui a hâte de tomber dans une histoire de crocs et ma sœur qui termine Rêves avant sa visite, vendredi. J’ai la pression ! Je le savais déjà, mais il faut quand même en parler : tout ça, c’est environ 700 pages (tome 01 : 200, tome 02 : 300, tome 03 : 200) x 2 copies. Bon, je fais en recto-verso, mais sur le site de Bureau en gros, ça revient quand même à 16 ou 17 $ la copie (si on en achète 3, sinon c’est 20$). C’est presqu’un bouquin de chez CreateSpace ! Mais pour faire annoter et corriger son texte, ce n’est pas encore ça. Écrire, ça ne coûte rien, mais si on veut se faire lire : c’est une autre histoire, hein ?Heureusement, mon boulot a plusieurs bons côtés ! En discutant avec mon imprimeur au travail, il me l’a fait gratuit (chut). J’ai boudiné les copies et hop ! Me voici avec deux copies de mes trois tomes !Me restera que les deux autres à faire imprimer… plus tard ! Quand le tome 05 sera terminé (et probablement après le Script-Frenzy).

7 thoughts on “Le papier, ça coûte cher !”

  1. Woah, c’est vrai que ça revient cher. On devrait s’y attendre, et pourtant… Ah, tu ne me donnes pas hâte d’être à cette étape. ;)Personnellement, quand j’imprime, je préfère garder interligne 1,5. La raison est simple: c’est juste assez grand pour que je puisse écrire entre les lignes, et avec toute la révision que je fais, c’est essentiel!Et je tiens à signaler qu’un beau jour, je voudrai les lire aussi, tes histoires.

  2. T’es mon 100e commentaire !Quand tu auras du temps et que j’aurai repassé mes copies au correcteur après tous mes lecteurs, ouais 😉 C’est juste que pour shipper à Québec, c’est compliqué !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.