Le moulin à images

Hier soir, petite soirée avec mon amoureux à Québec. Trajet en bus où j’ai lu avec beaucoup de plaisir La danse de l’esquive (mais cela fera le sujet d’un autre billet). Je retrouve le mari au terminus de Ste-Foy, je découvre son petit nid à Limoilou. Finalement, il est bien installé.

Après un arrêt rapide à son appartement, on file au centre où il m’emmène dîner au Charbon. Très bon steakhouse. C’est à la gare du palais et, juste devant, on s’est régalé l’âme en lisant les poèmes incrustés dans les chaises. Ça ressemble un peu aux jardins du Luxembourg, sauf pour la partie poésie. C’était agréable. En plus, il faisait un temps superbe.

Après tout cela: direction le bunge. Ce matin, j’ai encore la tête plein d’images du moulin. Une petite merveille. Cette fois, je jalouse Québec. Il faut que Montréal ait droit à une oeuvre aussi magistrale. C’est tout simplement incroyable.En tant que prof de multimédia, j’ai adoré dépister les boucles et les effets miroirs dans les vidéos. L’univers sonore et les transitions étaient souvent surprenants, mais quelle joie de voir ces petits clins d’oeil que l’on faisait au monde de l’animation. Quel travail, mais le résultat en vaut la peine (et le détour).

Bref, c’est une petite escapade qui débute bien !