07. Qu’est-ce que vous ne pouvez vous empêcher de mettre dans vos textes ?
L’amour, évidemment! Une relation complexe, voir impossible (ça, c’est encore mieux). Des cas de consciences, aussi: est-ce qu’on peut avoir le beurre et l’argent du beurre? Trahir un ami? Un frère? Un serment? Pour l’amour, la réponse est souvent oui, mais après, faut faire gober le tout au lecteur! Même dans les cas les plus extrêmes, en général, il est d’accord avec moi. Les gens sont crasse, au fond 😉

08. Papier-stylo ou Word-clavier ?
Word, sauf dans le bus et dans le métro où je traîne mon calepin et je continue de gribouiller mes histoires, mais j’admets que j’écris tellement plus vite avec un ordinateur! Il m’arrive de croire que c’est improductif d’écrire sur du papier (sauf pour un plan parce que j’aime les petits dessins). L’écriture stylo c’est lent et je dois tout retranscrire à l’ordi, après. S’il n’en tenait qu’à moi, je serais branchée jour et nuit! Ceci dit, j’ai toujours un calepin dans mon sac et je gribouille souvent dedans (j’en passe plusieurs pas années, donc je dois bien écrire aussi), mais en général, c’est pour me donner la suite de l’histoire et il m’arrive de ne même pas retranscrire ce que j’y ai écrit parce que je connais à peu près l’histoire. Je l’utilise surtout quand je ne peux pas penser à autre chose dans le métro et quand je suis gênée de sortir mon mini-laptop dans les transports en commun (souvent, quoi).Ceci dit, je sais pertinemment que l’écriture n’est pas la même sur un ordi que sur un support papier. Je réfléchis moins pendant que je clapote, mais davantage avant.  Pour une lettre ou quand je me sens triste, je préfère l’écriture manuscrite, mais comme je clapote depuis trop longtemps, je n’aime pas mon écriture et je finis quand même par la retranscrire sur ordi. Mais j’admets que j’ai beaucoup de début sur papier et que mes idées de base, elles passent toutes par là!

09. Quel thème ressort de l’ensemble de votre production écrite ?
Question piège qui mérite un peu de réflexion. Mon premier réflexe est de répondre: l’Amour, évidemment! Après tout, je n’écris que sur ça. On s’est tous déjà posés la question: comment savoir si on a trouvé l’élu(e) de notre coeur? Est-ce que ce ne serait pas plus simple d’avoir une espèce de signe, une « plug » qui ne fonctionnerait qu’avec cette personne-là? En même temps, est-ce que les choses ne seraient pas tristes si nous n’étions destinés qu’à une seule personne? Oui, sans aucun doute. Remarquez, il y a des gens qui sont très heureux seuls, aussi. Enfin, c’est un thème de base dans mes histoires, ça c’est sûr.Au fil des pages, j’ai aussi beaucoup travaillé sur l’identité et sur la mémoire. Surtout dans La mémoire de l’ombre où je me demandais si une personne qui perd la mémoire redeviendrait nécessairement la même. L’identité est-elle culturelle ou physiologique? Belle question!Ce même thème revient sous d’autres formes dans Rêves, même si j’explore des zones plus troubles chez une adolescente: la foi, la réalité, le deuil, l’homosexualité et le suicide. Chez Dons, je suppose que l’identité est toujours là, mais avec un personnage un peu plus complexe.

Je suppose qu’on n’est que ce qu’on n’a vécu.

[les questions]

2 thoughts on “Quiz d'écriture [partie 3]”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.