13. La question maudite : et vos tics d’écriture, pouvez-vous nous en parler ?
Je ne suis pas sûre de les connaître, sinon j’essaierais probablement de les combattre. Enfin… je sais que j’écris trop de dialogues, pas assez de descriptions et que j’ai souvent des bugs temporels qui apparaissent très souvent au deuxième passage (je coupe ici et là, du coup, ça ne marche plus dans le temps donné). J’écris vite et je fais des fautes, c’est vrai, mais j’ai vraiment peur que mes personnages meurent en route – pas de façon réelle, dans ma tête. C’est idiot, je le sais, mais je me dépêche quand même de les coucher sur papier avant que ça arrive. C’est comme ça: si je ne retouche plus à mon manuscrit, au moins ils existent: ils ont un nom et une vie propre. Et moi je peux dormir avec ça (dormir tout court, même!).

14. Êtes-vous auteur de fanfictions ? Si oui, quels fandoms ? Si non, pourquoi ?
Euh, non. Je présume que c’est pour la même raison que je n’écris pas de nouvelles ou de poèmes: parce que ça ne m’intéresse pas (ou que je n’y arrive pas). Ce qui me plaît, c’est de créer des personnages et de les voir évoluer dans un monde. Pourquoi je reprendrais le personnage créé par quelqu’un d’autre? Enfin… sauf si je considère que l’auteur a mal fait son travail (ce qui m’est arrivé, je l’avoue), mais de là à réécrire des bouts de son histoire ou de mener ses personnages ailleurs… hum.Je préfère largement tout construire par moi-même! Mais je ne dis pas que certaines de mes histoires n’ont jamais été inspirées par d’autres. Il faut être fou pour croire qu’on a tout inventé! Quoique… 😉

15. Si l’un de vos textes venait à être publié, et à avoir un succès fou, verriez-vous les fanfictions inspirées de votre récit d’un bon œil ?
Oui. D’ailleurs, quand mes lecteurs me parlent de mes personnages et essaient de voir plus loin que le récit, je trouve ça absolument charmant. Ils arrivent à les mettre en situation et à songer à des histoires alternatives. C’est comme s’ils arrivaient à voir mes personnages autrement, ailleurs et complètement vivants. C’est chouette parce que moi, quand je créé des personnages et des histoires, c’est pour qu’ils vivent. Et si d’autres ont envie de jouer avec ça, c’est parce que ça marche!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.