C’est pas que je me cherche une raison de bloguer (quoique…), car j’ai quand même les plans de cours à terminer et que la rentrée, chez nous, c’est le 17 janvier. Mais bon… c’est difficile d’y résister même si je ne sais pas trop les réponses (au pire, je dirai n’importe quoi).

Préférez-vous un roman qui se termine mal ou en douceur ?
Je n’hésite pas: qui se termine bien. La vie se termine, de toute façon, toujours mal, alors! Quoique… je ne peux pas dire que tous les livres qui se terminent mal me déplaisent non plus, mais bon. J’aime pouvoir dormir sans me casser la tête après (ou avoir un foutu « à suivre » à la fin d’un livre, bleh!!!!).

Préférez-vous une fin ouverte ou fermée ?
Une fin fermée! Je n’ai surtout pas envie de passer des jours à y penser (ce qui m’arrive plus souvent qu’on ne le croit). Je suis du genre à vouloir tout savoir (genre, le Seigneur des anneaux, à la fin, je suis allée m’acheter les trois que j’ai lu dans les jours suivants).  C’est pas tout de lire, il faut survivre à sa lecture, après!

Quels sont les romans dont la fin vous a surpris(e) ?
Lettre d’une inconnue de Zweig. C’est pas de ma faute, j’ai de l’espoir jusqu’à la fin. Et aussi la fin de Millénium, j’étais en maudit parce que Lisbeth… enfin… devinez! J’aime les fins bonbons, j’y peux rien. Je ne dis pas que tout doit être bonbon, mais il faut au moins un peu d’espoir (genre Si la tendance se maintient : fin ouverte, mais au moins, on a de l’espoir). Même chose pour Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi de Mathias Malzieu. Ça nous fait rêver! Bref, les fins qui me permettent de dormir après, sans trop me casser la tête.

Quels sont les romans dont la fin vous a bouleversé(e) ?
Une fin en particulier? Je ne sais pas. Peut-être Ensemble c’est tout, d’Anna Gavalda (et pourtant, j’aurais dû le voir venir). Et Tous les hommes sont mortels de Simone de Beauvoir, je suis restée amère et un peu sous le choc. C’est d’époque aussi, je l’avoue. J’étais tout autant choquée d’Anna Karénine aussi, mais dès que ça ne se termine pas bien, en général, je le suis.Sinon, les romans qui m’ont le plus bouleversée, fin ou non, c’est L’insoutenable légèreté de l’être et L’immortalité de Kundera. Après, je me suis dit que je ne pourrais plus jamais écrire (j’ai quand même tenue bon pendant 15 ans). Et dernièrement, Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi de Malzieu (on s’arrache le coeur et on le reconstruit au fil des pages) et La route de MacCarthy (surtout quand on voit le film, après). Il y a un drôle de malaise à la fin, même si j’admets que le pire, c’est la façon dont la lecture nous fait perdre espoir, petit à petit. Tout un talent!

Quels sont les romans dont vous changeriez la fin ?
Les romans de filles, souvent. Parce qu’elles sont un peu nunuches et que j’aimerais les secouer un brin. Sinon, je m’en fiche un peu. C’est comme ça et puis c’est tout, ce qui n’est pas le cas pour les films. Il m’arrive de sortir enragée du cinéma parce qu’on bouscule la fin. Au moins, dans un roman, l’auteur prend le temps de la faire, peu importe comment ça finit. Mais j’avoue, comme Paumadou, que j’aime bien quand les personnages sont heureux. Sinon, je pleure comme une madeleine pendant des jours (si l’histoire m’a plu, évidemment). Heureusement, je m’en remets.

Je suis comme ça 😉 

One thought on “Tag de Paumadou”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.