Se démêler les pinceaux

Deuxième semaine de boulot terminée et il faut déjà que je songe à démêler mes pinceaux. Il faut dire qu’il y a beaucoup de choses en cours.

J’ai eu ma première séance avec mon parrain d’écriture sur laquelle je dois plancher: lire, réécrire, restructurer mon récit, mes personnages et tout le reste. Je suis sûre au trois quart de ce que je veux faire, mais je suis surtout là pour apprendre ou plutôt: pour comprendre. Par contre, je sais déjà là où je refuserais de céder, mais on ne m’a rien demandé sur ce point (encore). Je suppose que ça fera l’objet d’un autre séance de travail. Se remettre en question, ça fait partie du processus et je crois que l’histoire va évoluer. Et changer aussi.

Côté écriture, pour La perte, je tourne en rond. En plus, je sais exactement ce que je veux, c’est juste le ton que je dois lui donner qui va creuser loin dans mon ventre. Je suppose que ça mijote en même temps que plein d’autres choses (ça doit ressembler à un bouillis de légumes dans mon cerveau). En plus, j’aime écrire le matin et j’enseigne à 8h30, trois jours sur cinq. Faudra donc que je trouve un moyen de faire de l’espace dans mon horaire autant que dans ma tête.

Quotidiennement, sur un autre réseau, je reçois des petites corrections ici et là pour un texte publié sous pseudo, car on me propose qu’il soit dans les suggestions de lectures du site en question. Un texte pour adulte écrit en trois semaines et jeté là, sans trop y songer. Vu la vitesse à laquelle je l’ai mis là, il y a pas mal de fautes, je l’avoue, mais la communauté est super motivée à le rendre plus que parfait pour le mettre de l’avant, alors je prends le temps de corriger au fur et à mesure.

Côté travail, je crois que j’ai un bon groupe de première année. Je suis contente, j’angoisse toujours un peu au début, car je les ai pendant 3 sessions en ligne (un an et demie). Pour le moment, c’est de bon augure (mais on ne le sait jamais avant la 4e semaine). Ils sont motivés et travaillent très fort (bon, ok, je les fais travailler fort, mais ils en redemandent, donc!). J’ai hâte de voir les premiers travaux (c’est là que je vais savoir si la créativité égale l’effort).

Et sinon, je vais lâcher Elvis pour reprendre mon début de Rêves, refaire la fiche de mes personnages principaux, chercher les livres que l’on m’a suggéré et relire La perte parce que le chapitre 2 va imploser et renaître différemment sous peu. De ces deux histoires, mes personnages et mes scènes se bousculent dans ma tête. Il faut que ça sorte et que j’arrive à structurer mon temps et voir la direction que ça prend. Je dois faire le deuil de certaines situations dans Rêves, mais ça va alléger le texte, alors je suppose que c’est une bonne chose.

Même si je sais où ça s’en va, ce n’est pas si simple de se dire que l’histoire va changer.