J’aime bien me rendre sur le blogue de l’impulsive Montréalaise et lire sa fausse fiche pour une petite annonce, puis les commentaires qui démontrent bien que, même en 2011, les femmes sont toujours en quête du prince charmant.

« Mais le prince charmant, ça n’existe pas », me direz-vous. Ah non? Me voilà bien embêtée, tiens. Comment vous le savez, au fait?

Les gens sont reconnus pour percer la bulle des autres, pour les ramener sur Terre, pour les empêcher de rêver. Pour leur donner le secret du bonheur aussi, ça c’est fort: « je me suis acheté le dernier bidule truc muche et c’est fou! il t’en faut absolument une », sinon quoi? Ben… je ne serai pas aussi heureuse que lui. Le bonheur n’est pas un truc en boite, qu’on achète au supermarché. Le bonheur, c’est d’avoir des rêves et de tout faire pour les réaliser.

Moi, je rêve constamment et je veux que tous mes étudiants rêvent aussi. Parce que les rêves, ça montre la voie à suivre. Je ne pense pas que mes étudiants rêvent à des télévisions HD ou au dernier album de… on s’en fout! À moins d’être encore trop idiot pour réfléchir par lui-même (ce qui arrive, malheureusement), toute personne a un (ou plusieurs) rêve(s): devenir réalisateur, auteur, chorégraphe, médecin, mettez-y ce que vous voulez!

« Allons donc! Le marché est trop petit, tu ne vas jamais… publier, devenir acteur, réalisateur, designer… » mettez-y le mot que vous voulez! Eh bien, ça, j’entends ça tous les jours.

Et je dis: c’est faux! Regardez donc un peu autour de vous! Les gens qui réussissent, aussi bien dans leur vie personnelle que professionnelle, ce sont des passionnés. Ils y croient. Ils n’ont pas peur de croire à leurs rêves. Ils ont tous une chose en commun: ils croient en leurs rêves et ils travaillent pour y arriver. C’est idiot, mais c’est comme ça. En plus, je crois sincèrement qu’il faut que ça fonctionne comme ça, parce que le rêve doit être à la hauteur des aspirations qu’on lui prête et du travail qu’on y met. Le processus compte tout autant que le résultat, mais il est vrai qu’on a parfois du mal à s’en souvenir. On s’impatiente. On cesse d’y croire.

Une chose est sûre: personne ne va venir dans ton sous-sol pour te dire: « hey toi, viens donc enregistrer le prochain album à succès! » ou « Viens travailler sur le nouveau film de James Cameron! » J’ai des petites nouvelles pour toi: personne ne connaît ton adresse et le prince charmant non plus.

Oui, parce que le prince charmant existe [à ce sujet, messieurs, vous pourriez y croire, vous aussi, pour qu’il y en ait davantage sur le marché]. Et  je sais que les rêves se réalisent bien plus souvent qu’on ne pense. « Pffff, elle a eue de la chance ». Peut-être, mais si elle n’y avait pas cru, elle n’y serait pas non plus. Peut-être, qu’au fond, il suffit d’y croire… et de sortir de ton sous-sol, tiens, ça ne ferait pas de mal!

Des gens normaux font des choses extraordinaires tous les jours. Et toi, qu’est-ce que t’attends?

8 thoughts on “Il faut y croire”

  1. Je ne sais pas pour les autres. Mais moi, je crois. Mal, trop, intensément. Mais j’ai beaucoup de difficultés à cesser de croire. Que ce soit des croyances de prince charmant ou d’autres aspirations un peu plus modernes. Tout de même, il est vrai parfois que je devrais arrêter d’attendre qu’il sonne à ma porte ou que les choses arrivent toutes seules…. Héhéhé ! J’ai les défauts de mon siècle peut-être. Mais j’y travaille fort. Oh ! et je suis contente que tu aimes bien me lire ! Toujours gentil de se le faire dire.

  2. Je suis totalement d’accord, il faut y croire, si on est persuadées que l’amour ne dure pas, que tous les hommes sont des salauds, c’est certain qu’on va agir de telle façon que la réalité va conforter nos croyances. En ce moment, je côtoie des tas de couple qui durent depuis plus de 15-20-30 ans et je peux vous dire que ça me colle des sourires énormes parce que je sais que l’amour existe et que mon prince n’est plus très loin. Bien sûr, il ne faut pas se contenter d’y croire et d’attendre mais c’est une excellente base !

  3. Oui! Il faut croire! La vie devient tellement plus belle alors! Combien de fois on me dit que j’arriverai pas a devenir graphiste, combien de fois on me dit que je vais avoir la vie dur! WHO CARES! Mon rêve, mon avenir, je fonce pour ce que je veux! et parce que j’y rêve, je vais le devenir, un point c’est tout!

    Même chose pour le prince charmant: on peut rencontrer des gargouilles méchantes en cours de chemin qui peuvent détruire nos rêves d’amour, mais c’est grâce à eux que l’on reconnaît nos besoins et c’est grâces à eux qu’on trouve le prince charmants!

    Rêver, c’est la réalité 🙂

  4. Moi, je suis une « blasée de la vie » , je devrai vraiment adopter ta manière de voir les choses…Ce qui implique que un brain washing s’impose ;-). Merci pour ce billet !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.