Semaine chargée à l'horizon

Dernière semaine de cours au collégial. Ceci signifie que mes étudiants doivent remettre leurs travaux et se préparer en vue de l’examen. Au Collège, nous avons deux semaines durant lesquelles tous les cours doivent avoir un examen. Mon premier aura lieu lundi prochain.

Pour moi, ceci veut également dire: préparation du Gala des tortues, notre festival de fin d’année (qui aura lieu vendredi prochain). Pour ceux qui ignorent tout de cet énorme festival, il s’agit d’un vernissage (en arts visuels, photographies et multimédia) suivi d’une projection en salle des meilleurs travaux de l’année réalisés par nos étudiants. Au menu: des fictions, des documentaires, des animations, des courts-métrages et un tas de surprises.

Si vous êtes à Montréal et que vous avez envie de passer une belle soirée (complètement gratuite), envoyez-moi un petit message, j’essaierai de vous mettre un billet de côté (ouais, cette année, c’est obligatoire pour le show en salle). Sinon, il y a quelques travaux ici.

Je dois également vérifier que l’affiche des finissants sera bien livrée (elle est en cours d’impression et on utilise ce soir-là pour en faire la présentation officielle à nos étudiants). Je dois m’assurer que le programme est imprimé, préparer ce que je montre en salle et vérifier que le montage de mes animations prend forme. Sans compter que je suis, comme toujours, en retard sur la planification de la soirée: me trouver une robe pour avoir l’air d’une fille (ce genre de soirée, c’est à mi-chemin entre la rencontre des parents et le party) et en général, c’est ce jours-là que je choisis pour me faire couper les cheveux (et je dis toujours quelque chose à la coiffeuse qui ressemble à: « amusez-vous, ça repousse vite de toute façon »). Je dois avoir la tête à une seule coupe parce que j’ai souvent la même tête quand je sors de là (mais ça va, quand même!).

La fin d’une chose est toujours le début d’une autre…
Comme si cela ne suffisait pas à rendre ma semaine chargée: il faut aussi que je songe au début des cours d’été à l’UQÀM (qui ont lieu deux fois par semaine). Chaque année, je me demande pourquoi je dis oui. Après tout, je suis à temps plein, j’ai suffisamment de quoi faire en dehors du boulot, mais je sais à quel point mes étudiants apprennent dans ce cours. Contrairement aux étudiants du collégial, j’ai la chance d’avoir un groupe très hétérogène dans lequel chacun sait ce qu’il veut: enseigner. Ils voient donc immédiatement l’utilité de ce que j’enseigne. Ça roule au quart de tour et comme on a beaucoup de matières à couvrir, on ne s’ennuie pas deux secondes. C’est toujours trop, on n’a pas assez de temps, on couvre large, mais chacun repart avec un tas d’outils pédagogiques dans ses poches et, quand ils s’investissent, ça donne toujours des résultats étonnants.

Autrement dit, dans une semaine, je dirai que j’ai un groupe en or et que c’est merveilleux de pouvoir enseigner ce cours-là, mais en ce moment, je trouve que mon été est remis à pas mal plus tard!

Pour ajouter au stress: mercredi dernier, la secrétaire m’a téléphoné pour me demander combien d’étudiants je pouvais prendre dans ma classe. C’est que… j’ai que seize ordinateurs et j’ai déjà dix-neuf étudiants d’inscrits! Faut quand même pas exagérer! C’est un cours de pédagogie en plus! Mais bon, moi et ma bonté légendaire, on lui dit (ou plutôt, ma bonté lui dit) qu’il y a une salle au laboratoire qui permet d’avoir jusqu’à trente-neuf étudiants (est-ce que j’ai vraiment dit ça? OUI!) et me voilà à devoir vérifier la disponibilité et à devoir faire la réservation de la dite salle pour éviter que mes étudiants se retrouvent coincés à se passer la souris. J’espère quand même qu’elle ne se rendra pas jusque là!

Parfois, je vous jure…
(note à moi-même: apprendre à fermer sa gueule une fois de temps en temps)

Bref, ce que ça veut dire, c’est que je vais passer une sacrée semaine! Moi qui suis une couche-tôt, j’aurai quatre soirs à l’extérieur de la maison dont un vendredi-party-de-fin-de-session. Et comme je commence tôt, le matin, ça va me faire des journées de plus de douze heures! Je sens que vendredi, je vais rire pour un oui et pour un non.

Le bon côté de tout ce stress, c’est qu’à compter de la semaine prochaine, j’aurai la plupart des matins pour écrire et que mon deuxième chapitre est sur la bonne voie. J’espère terminer le premier jet très bientôt. En plus, il fait un temps magnifique depuis hier, signe que l’été est à nos portes (enfin!)

Il faut voir le bon côté des choses, pas vrai?

Parce que ça fait toujours plaisir de voir des belles choses…
Voici l’affiche des finissants de l’an dernier en montage:

Et le montage des productions présentées durant la projection de l’an dernier: