Étrange soirée que ce trentième gala des tortues alors que, contrairement aux autres années, tout était prêt bien à l’avance. Dès que je suis arrivée du coiffeur, tout était déjà en place. Quelle organisation! Je n’ai eu qu’un seul souci: le bas a filé et j’ai dû me contenter de conserver mes pantalons. Quel drame, pas vrai? (ceci est ironique, évidemment).

Le vernissage a été rapide, je n’ai même pas eu le temps de faire le tour des salles qu’il fallait déjà se dépêcher pour aller prendre une place à la projection. Une fois les lumières fermées, on se laisse entraîner dans le délire des étudiants. Après tout, cette soirée est la leur! Cette année, l’animation était à la manière de Huit clos de Jean-Paul Sartre avec une mini intrusion-spectacle dans Singin in the rain. Beaucoup de rires, beaucoup de blagues internes à l’institution, tout cela entrecoupés de projection des meilleurs travaux, parfois remontés, parfois non. Certaines parties sont toujours plus longues, mais en général, tout a défilé comme un coup de vent (je dirais même que la projection en salle a été beaucoup plus courte que les années précédentes).

À l’entracte, comme à son habitude, le mari file et plusieurs étudiants en première année en font autant. Pour cause: il ne reste que les projets d’intégration (courts métrages de 8 minutes réalisés à la manière de l’industrie). Avant le visionnement des six films de cette année, la vidéo de l’affiche des finissants, mignonne comme tout, cette année encore:

Après la soirée, une petite pensée pour notre chef de tribu qui prend sa retraite en décembre prochain et qui a bouclé ses derniers projets d’intégration. Un petit discours émouvant et des fleurs. Quelques larmes aussi.

Pour moi, ce n’était pas les premières larmes de la soirée puisque mes étudiants ont eu l’incroyable idée de m’offrir la lune en pot. Je ne savais pas qu’il me suffisait de demander la lune pour l’obtenir! C’est un bidule dont j’ai parlé parce que je trouvais cela absolument adorable il y a six mois. Eux, ils s’en souvenaient. Ils m’ont remis ça en plein milieu de la soirée, tous regroupés avec leurs beaux habits chic et un tas de câlins. Un cadeau du ciel, vraiment.

On a terminé la soirée au bar, tous ensemble. En général, on ferme le bar et on va manger au resto, mais les étudiants ont décidés d’y aller plus tôt et on s’est retrouvés, un tas de profs (ou de vieux, c’est selon) en train de discuter jusqu’à ce que le bar ferme. Oui, Julien-Pier nous a raconté à quel point l’animation de mon étudiante Super-Roux était un bijou. Je crois qu’il l’a même demandé en mariage tellement c’était incroyable (c’est peu dire!) et il a fait son propre billet de blogue sur la soirée avec la dite animation (pour les curieux).

Résultat de la soirée: le retour vers 4h du matin pour vérifier l’état de la lune (comme si j’allais me coucher alors qu’un gadget m’attendait à la maison), le temps que le calme revienne et que je puisse enfin me glisser sous les draps où le mari m’a posé un tas de questions à son tour (sachant que j’avais probablement envie d’en parler encore!)

Dur de s’endormir après un gala des tortues…

Et comme c’était le dévoilement de l’affiche, ce soir-là, voici donc les finissants de cette année dans leur magnifique mosaïque:

D’autres nouvelles, des photos et d’autres billets dès que le boulot se calmera (ce qui ne saurait tarder, maintenant!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.