Je sais que c’est un jour de fête nationale et que la joie devrait être au rendez-vous, mais j’ai un peu de mal à festoyer cette année. Pourtant, c’est la vacances et c’est congé pour tout le monde, le coeur devrait être à la fête, mais je ne peux pas nier que l’espoir se fane. Quelle année bizarre, probablement à la hauteur de la météo du jour.

Aujourd’hui, j’ai juste envie d’offrir les mots de Fred Pellerin que je trouve magnifiques et justes:

Bonne fête nationale à ce qui reste de nation.

Et à défaut d’avoir de l’espoir, accrochons-nous à celui des autres. Il finira bien par nous contaminer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.