Le numérique et moi

Je ne vais pas mentir: j’aime tout ce qui touche à l’informatique. Quand j’ai eu mon premier ordinateur portable (un Sony Vaio mauve, tout pour plaire à une fille), je l’ai couché près de mon lit, chaque soir, pendant près de deux mois, juste au cas où il y aurait le feu et qu’il fallait que je sorte rapidement (parce qu’il ne fallait surtout pas le laisser là!)

Quand j’ai reçu mon premier Archos, le Gmini402, j’ai trouvé que c’était la plus belle invention du monde: lire ses mp3, voir ses divx, enregistrer des sons, vider sa carte mémoire sans ordinateur, etc. Je n’ai, d’ailleurs, jamais plus trouvé d’outils aussi polyvalents (désolée Archos 43IT, t’es génial, HD, tactile et tout, mais tu ne fais plus le quart de tout ça). Je me souviens avoir dit à chéri que la technologie était merveilleuse! C’était mieux que dans mes rêves!

Bon, depuis, je m’en suis remise, mais quand même!

J’ai toujours un cahier dans mon sac et j’ai demandé une plume pour mon anniversaire (et elle est bien jolie, en plus!). J’écris quand même plus facilement à l’ordinateur (plus rapidement aussi) et il me déplaît de devoir tout retranscrire une fois que je reviens à la maison, mais dans le métro ou dans le bus, je préfère le papier. Les petits bidules, c’est inutile, je ne peux pas écrire sur ça. Ça me prend trois fois plus de temps. J’ai de trop gros pouces, faut croire!

J’aime les gadgets, je suis vendue d’avance aux futurs bidules qui vont sortir, mais force m’est de constater que je préfère encore un livre papier au ebook, quoiqu’il m’arrive de songer que ce sera mon prochain pas, un lecteur de cet ordre-là. Je m’arrête dans les boutiques, je les regarde, mais je n’ai aucune envie de repartir avec l’un d’entre eux. Aucun.

Je suis exigeante, je voudrais qu’il fasse tout: email, lecture, écriture, etc. Ne me parlez pas d’Ipad, je suis allergique à Apple – c’est une fin de non recevoir automatisée! De toute façon, je ne suis pas encore persuadée de m’en servir. J’ai déjà 2 ordinateurs tactiles, un mini 9 pouces, un 13 pouces, un kiki de poche. Hormis pour le 13 pouces, je ne les utilise qu’à l’occasion. Le confort et la vitesse de mon ordinateur de bureau ne s’égale pas ou alors l’écran treize pouces repliable pourrait servir de liseuse. Hum… non.

Je ne vois définitivement pas pourquoi j’aurais encore un cossin technologique qui finira entassé dans ma pile.

Au cas où vous le sauriez pas: je lis déjà en numérique. J’ai dévoré un tas de séries jeunesse sur mon bidule ou mon ordi, mais je l’avoue: ce sont des livres que je n’aurais, de toute façon, jamais achetés. Peut-être que l’oeuvre ne change pas avec le support, mais il n’en reste pas moins que le confort de lecture, lui, joue pour beaucoup. Il y a aussi des livres qui ne méritent aucune place dans ma bibliothèque (même physiques, quand je ne les aime pas, je les donne). Pour le moment, je ne vois pas de grands textes numériques qui vont révolutionner le monde, qui vont me secouer comme l’a fait Beauvoir, Kundera ou Malzieu pour moi. J’ai pourtant deux Kundera grappillés ici et là, mais ces livres-là, c’est surtout pour retrouver des passages qui me plaisent avec la fonction « rechercher ». Ils existent déjà dans mon armoire aux trésors. En papier. En vrai.

Oui, en 2011, j’achète encore des livres en librairies. Pas autant qu’avant, quoique… avant je faisais les sous-sols d’église et les St-Vincent-de-Paul. Pour 5$, j’avais un sac de livres! Maintenant que j’ai un vrai boulot et un mari qui gagne bien sa vie, je me dis que je peux me permettre d’acheter quelques bouquins par-ci, par là.

Même si j’adore tout ce qui touche au numérique, j’ai encore l’idée que cette littérature-là, c’est pour les textes courts (même si j’ai lu des séries au complet). Peut-être parce que mes étudiants et mes amis n’aiment pas lire comme ça, parce qu’ils me demandent mes textes imprimés, parce que ça fatigue les yeux… parce que… bref, tout le monde n’est pas prêt à sauter le pas. Et si je suis souvent la première à sauter sur le prochain gadget technologique… cette fois, je passe mon tour! Je vais me contenter de lire mes textes numériques sur mon mega gros écran de bureau et continuer de dévaliser la bibliothèque du coin. On aura beau dire, dans le métro ou dans le lit, juste avant de se coucher, ce sont deux endroits où j’adore lire!

Pour le bidule, on verra dans un an ou deux!