Êtes-vous prêt?

Ces jours-ci, tout le monde ne parle que du Nanowrimo et j’admets que ça commence à m’angoisser (c’est la faute à Jo Ann), parce que tout le monde semble savoir quoi y faire. Sauf moi.

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, il s’agit d’un trip d’écriture durant lequel les écrivains en herbe se donne un mois pour écrire un roman de 50 000 mots. En novembre, tous les moyens et les moments libres sont bons pour avancer son récit: on rejette la télévision et les amis, on écrit dans le métro, dans le bus, sur un coin de table durant la pause et sur tous les supports. On écrit sans regarder en arrière: on aura bien le temps de corriger en décembre!

Moins de trois semaines avant le départ, comment font les autres pour savoir à l’avance ce qu’ils vont écrire? Moi, je n’ai que des idées volantes, des papillons qui tournoient à la vitesse de la lumière dans ma tête. Est-ce que je suis prête? Non! Est-ce que je vais participer? Oh que oui! Je ne vais certainement pas me priver d’un tel délire!

Par contre, pour ce qui est de l’histoire qui va jaillir de ma tête, la question reste entière: que vais-je écrire? Je ne sais pas. Pour l’instant, mes idées papillons ressemblent à ceci:

[dropcap]01[/dropcap] Refaire Rêves en version revisitée (sur 1 tome), beaucoup plus tard alors que deux personnes ayant faits d’étranges rêves durant leur adolescence ont mis cet épisode de côté et se retrouvent au travail. À la fois similaire et différent des deux autres versions.

[dropcap]02[/dropcap] L’histoire d’une jeune fille qui a fuit sa terre natale et qui se voit contrainte d’y revenir afin de retrouver son père sur le point de mourir. Il lui faudra affronter ses démons et un passé difficile, sans parler de cet ancien amoureux qu’elle avait relégué aux oubliettes et qui risque d’hériter de sa part!

[dropcap]03[/dropcap] Reprendre La fille du café: une sorte de médium cachée dans un bled pourri et qui se trouve être le témoin d’une crapuleuse histoire de meurtre. Pour passer le temps, elle aide le policier du village dans ses petites enquêtes qu’elle juge sans conséquence. Mais est-ce vraiment le cas?

[dropcap]04[/dropcap] Une histoire particulière entre une secrétaire qui a la garde de son petit frère autiste et d’un patron intuitif qui parvient à communiquer avec lui d’une bien étrange façon. Pour une fois, ce serait un homme qui aurait le pouvoir!

[dropcap]05[/dropcap] Terminer La perte, quoique « en théorie », on doit commencer une nouvelle histoire le 1er novembre et ne pas reprendre ou continuer quelque chose en cours. Ceci dit, il s’agit de mon histoire de l’an dernier alors… est-ce qu’il y’a un passe-droit sur ça? Et l’année d’avant, c’était La mémoire de l’ombre. La preuve qu’on n’écrit pas toujours des bêtises durant le Nanowrimo!

Et vous savez quand je vais me décider? Le 1er novembre. Eh oui! C’est mon humeur qui décide et rien ne dit que je ne vais pas travailler sur deux histoires à la fois. Avec ma chance, je vais peut-être démarrer une autre histoire! C’est pas de ma faute, il reste encore trois semaines!

Le pire, c’est que pour la première fois de ma vie, j’ai une idée de nouvelle. Oui oui: une nouvelle! Évidemment, il fallait que ça arrive juste avant le mois de novembre… hum!

[divider]

Pour ceux qui veulent jeter un oeil au site du Nanowrimo, histoire de vous convaincre qu’il faut absolument participer (parce que 10 000 mots valent bien mieux que 10 heures de télévision), c’est par ici. Au fond, ce n’est que 1666 mots par jour…

Et pour ceux qui veulent m’ajouter dans leur buddy list, ne vous gênez pas!

Et vous? Êtes-vous prêt pour le Nanowrimo 2011?