C'est parti, mais…

Ça y est, le nano est sur les rails! Enfin, ceux des autres plus que le mien, j’en ai peur. Pour ma part, je n’avais en tête que la première phrase, au passé simple (quelle idée!) et une vague idée de ce qui s’en suivrait. Résultat: 661 mots et du mal à conjuguer la suite, sans compter le peu d’heures de sommeil qui m’habite, ce matin. Pas terrible, quoi.

Sans compter que la semaine sera longue au travail et que ma tête est hantée par l’histoire du Mari encombrant. Ce n’est pas de ma faute, hein! Bruno s’est infiltré dans mes rêves, la nuit dernière, et a ordonné que je ne le laisse pas tomber. Surtout qu’il est si près du but (enfin, ça, c’est ce qu’il croit). Sa femme est une sale chipie et il essaie juste de tempérer les choses, comme si tout allait s’arranger aussi facilement! Pffffft!

Du coup, ce matin, j’ai décidé que j’allais jouer le jeu: essayer de pondre 1667 mots par jour pour De l’âme des choses (à qui je voudrais bien trouver un autre titre et un brin d’inspiration) et le reste du peu de temps libre que j’ai ira au Mari encombrant. Pas de jaloux.

Un peu de fantastique par ci, un peu de romance par là, et alouette!

Croisons les doigts.