Nano et Chick-Lit

Parlons d’abord du nano. C’est fini (bien que dans ma tête, c’était fini il y a quelques jours, déjà). C’est donc dire que je ne mets plus mon WordCount à jour même si je continue à écrire. Le plus difficile est passé et j’ai fini par perdre la motivation pour remplir ma petite case tous les jours (au début, je le faisais 10 fois par jour, c’est peu dire!). Il faut dire que j’étais à cheval entre deux nouvelles histoires et une histoire qui n’était pas terminée en début de nano. Côté calculette, ça commençait à bien faire!

Mon WordCount final à 20h59? 95k, mais comme j’avais la flemme de rapiécer les trois bouts de textes pour faire vérifier le tout, il y a trois jours, j’ai juste pris les 2 plus gros, ce qui donne 109k sur le site du nano.

En bref:

  • Le talisman: 37 402
  • A2: 38 768
  • Le mari encombrant (déjà entamé, donc le reste) 1607 (au début du nano) + 18 181 (maintenant)

Pour un total de: 95 958 mots.

Et comme je vais perdre mes statistiques l’an prochain, je me garde un petit rappel.

On remarque que le début était difficile (Le talisman) et que la fin n’était plus trop compilée sur le site (ou alors par a-coups).

Alors voilà: c’est décembre (enfin… presque). Ce qui signifie qu’on doit corriger toutes les bêtises qu’on a écrites (ou décembrer, comme Jo Ann et moi aimons bien dire). Après mon appel, j’ai trouvé des lectrices plus vite que je ne le pensais (et non, je ne m’en plains pas, bien au contraire!) Cela signifie quoi? Que je peux prendre encore quelques jours pour terminer mon Mari encombrant. Mon objectif n’est pas très long: boucler le tout d’ici lundi. Et vous savez quoi? Au bout de 200 pages, mes personnages s’embrassent. Ouf! Quand j’y pense, ça me renverse! 200 pages avant de se donner un tout petit (gros) bisou?

Ouais, c’est vraiment de la Chick-Lit et en plus, c’est drôle! Mais je viens de tourner la rue principale et je sens que la fin approche. Espérons que mes prévisions sont bonnes.

Et après? Je vais corriger et me consacrer au cadeau de Noël que je promets ici et maintenant à Pauline (devinez? c’est une histoire!). À Lille, il doit faire froid, alors il faut la réchauffer 😉