Il est de coutume d’attendre le premier de l’an pour prendre de bonnes résolutions, mais après un nano en forme de zig-zag, je me suis dit qu’il serait peut-être bien de garder cette petite routine d’écriture (écrire un peu tous les jours) et de continuer à compter mes mots (autant que mes corrections). En faisant un cumul chaque jour, je peux dire : ce mois-ci, j’ai écrit tant de mots. Avec de la volonté, je pourrai toujours essayer de tenir une année (ouais le problème avec les résolutions, c’est qu’elle ne restent pas longtemps).

Le bon côté? Quand j’apporte de la centaine ou d’un chiffre rond, j’essaie de tenir bon encore un peu.

Quand je vois Jo Ann avec ses feuilles excel, je désespère un peu. Je n’ai jamais beaucoup aimé les tableurs, mais tel est pris qui croyait prendre: me voici tombée dans le piège! Pour les calculs, il n’y a pas grand-chose d’autres. J’utilise donc un tableur Google Documents pour y avoir accès partout. Depuis le premier décembre, je note scrupuleusement (enfin… à la dizaine près), les mots que j’écris. C’est une pratique pour que ma résolution de janvier prenne tout son sens, parce que, en réalité, il faudrait une colonne par roman (sinon, comment peut-on accumuler les mots correctement?) Je pourrais ajouter le chapitre et le nombre de pages aussi, pourquoi pas? Bref… c’est encore à peaufiner.

Pour les curieux, voici à quoi ressemble mon fichier pour le moment:

En quatre jours, j’ai fait un total de 12729 mots. Ce n’est d’extraordinaire, mais il faut dire que j’ai passé deux jours à corriger mon dix-huitième chapitre pour que les choses coulent de source dans le récit. C’est comme ça. Je suis incapable de poursuivre une histoire quand ça coince quelque part.Ça me bloque.

Ce que je note quand j’observe ce fichier? C’est que Le mari encombrant a déjà 90k et 20 chapitres en banque. Je suis bonne pour cinq, voir dix de plus. Est-ce que je vais le terminer demain? Ouf! Non. Mais dans la semaine, je crois bien. Quoique je n’ai jamais été très douée pour les fins. Espérons que celle-ci pleuve comme par magie (ouais, je rêve, je sais!)

En attendant, voici mes darlings (toujours les mêmes), image que j’ai générée sur wordle.net. Essayez de devinez le nom de mes personnages? Et tout le monde voit bien le triangle amoureux vers la droite?

PS: si vous êtes trop paresseux pour faire votre propre fichier, voici un site qui en répertorie plusieurs!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.