Fin de la Chick-Lit

J’avais annoncé que j’allais le boucler lundi, mais finalement, j’ai terminé mon gros pavé de 269 pages intitulé Un mari encombrant. À chaud (et même à froid), je dirais que le début est bien meilleur que la fin (j’aime quand ils s’engueulent). Après, on sent trop la suite. Remarquez, personne ne doute de qui finira avec qui dans un roman Harlequin et jusqu’à présent, personne ne s’en est plaint, mais il y a quand même quelque chose qui m’agace dans l’histoire, mais chut! On verra ça plus tard. Pour l’instant: il a besoin de dormir un peu (et moi aussi).

Juste au cas ou vous seriez inquiets, je ne risque pas de m’ennuyer. J’ai la correction du Cercle félin qui m’attend (Jo Ann a été si gentille de me refiler les 5 premiers chapitres déjà – elle devait avoir peur que j’ai trop de temps libre!), j’ai aussi A2 à poursuivre et à terminer avant Noël (on peut rêver, pas vrai?).

Et comme le temps des vacances s’amène et que la vie sera douce, je songe aussi à reprendre La perte. Cette histoire-là, je l’aime vraiment beaucoup, mais comme il y a beaucoup de prose et qu’il y a une femme en deuil dont les épreuves sont lourdes à porter, il faut que je sois être en forme pour m’y attaquer.