Qu'est-ce que je pourrais vous dire?

Je suis dans un état zen au possible. Non seulement j’ai une mignonne petite session, mais ces jours-ci, je fais des siestes. Je sais, je suis terrible de dire ça, mais j’ai mes raisons et comme quelqu’un qui me repose beaucoup, en général,  je me dis qu’il vaut mieux en profiter quand ça passe.

Par contre, mon bilan de février risque de faire une chute considérable (en tant que mots, certainement, mais peut-être pas tant que ça pour la correction). La perte a été relu deux fois. Il va retourner au repos un petit moment (il est passé de 124k à 92k, 30 chapitres à 24). C’est ce qu’on appelle un ménage de mots. En plus, je ne sais vraiment pas dans quoi le classer celui-là. Romance et deuil, tout un mélange…

Bien que le Cercle félin était sur ma liste de choses à faire en début d’année, il devra attendre un peu. Il y a trop de choses à changer et pour écrire, il me faut de l’espace (pas autour de moi, mais dans ma tête). Et puis, j’ai Le mari encombrant à reprendre, d’abord. De toute façon, je suis plus apte à corriger (et à couper) qu’à écrire. Autant en profiter.

Sinon, il y a de bonnes nouvelles un peu partout autour de moi. On dirait que tout arrive en même temps. Rien pour m’aider à rester zen, mais je vous jure que… je le suis quand même. Même que je me dis que l’impulsive doit être fière de moi, là 😉