Il y a quelques jours, une idée a germée. Oui, une autre. Pas que je n’ai rien à faire, en plus (2 romans à finir, voir 4, deux en correction et un nouveau projet en cours avec une vieille histoire). Enfin… ce n’est pas comme si la tête avait une fonction on/off, non plus. C’est un peu comme le wifi, ça rentre et ça sort sans demander mon avis…

L’idée n’a rien d’extraordinaire et n’a rien de fantastique. C’est une autre histoire de filles, une relation toute simple qui se complexifie. Touchante à quelques endroits, qui parle de remords de d’épreuves. Je ne sais pas d’où l’idée vient, mais je crois que c’est une vieille histoire à laquelle j’ai songé ça doit faire… ouf! une éternité. En tous les cas, le début, je l’ai souvent rêvé. Je ne sais pas pourquoi elle m’est revenue en tête. Peut-être parce qu’elle cherchait une fin?

Et voilà: l’histoire a surgit dans ma tête… et elle est encore là. Je n’ai pas ouvert Word, je n’ai pas la première phrase, donc je n’ai rien écrit (et j’ai encore moins un titre, mais là… vous me connaissez). Par contre, j’ai tout le déroulement du récit, comme un film, juste là, coincé entres mes deux oreilles depuis deux jours. Du début à la fin. Dès que j’arrive à écrire, je vais peut-être me risquer à la sortir de ma tête, juste pour qu’elle me laisse dormir tranquille.

Mais pas aujourd’hui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.