Je ne surprendrai personne en disant que je suis nulle en maths et que j’ai bien du mal à cumuler des nombres simples. Par contre, pour compter les mots avec mon Google Docs, je n’ai aucun problème! Au contraire! Depuis décembre dernier, tous les jours, j’inscris religieusement mon nombre de mots de la journée et je fais un bilan à la fin du mois. J’ai rarement été aussi assidue dans une autre sphère de ma vie… Parfois je n’écris pas, mais pendant l’été… ça roule à toute vitesse!

Juillet commence fort pour La fille du café. 12 000 mots en moins de trois jours et le roman vient d’atteindre la barre des 50 k (mes histoires tournent généralement autour des 88 – 95 k). C’est un bon début et je commence à m’attacher à quelques personnages… À ce rythme, je vais peut-être terminer un second roman avant la moitié du mois. Et ça, c’est une motivation bien plus grande que le comptage des mots…

Dernièrement, je suis quelques forums supplémentaires et je remarque que, même si les commentaires se font discrets sur le blogue, les lecteurs échouent souvent dans le coin. Ça fait quelques jours que des gens se promènent dans mes résumés et vont même lire mes débuts d’histoires sur Atramenta. Parfois, ils viennent du site principal (idmuse), parfois des forums sur lesquels j’écris de façon discrète. J’en suis la première étonnée, d’ailleurs, mais je ne mentirai pas: ça fait plaisir de voir tous ces clics qui arrivent chez moi.

Merci donc aux gens de passage…

Décidément, ces derniers temps, je suis accro aux statistiques. Autant à celles de ce blogue qu’à celles de mon Google Docs.

Bon… je m’y remets… et il va bien falloir que j’ouvre mes autres trucs à faire… sinon…

4 thoughts on “Des stats et des lecteurs…”

  1. J’aime venir ici à cause de ce que tu dégages à propos de ton rapport à l’écriture. Consciemment ou non, tu transmets l’idée que ça peut être simple, fluide, ludique, exempt de la légendaire torture. Sans nier les tourments que l’on peut vivre, tu soulignes d’abord le plaisir.
    Moi, ça m’encourage. :))

    1. Il faut que ce soit du plaisir, même dans le côté ardu, il faut que ça reste quelque chose qu’on VEUT faire. Ardemment. Et ça m’amuse bien, faut que je l’avoue 😉
      Bon… et les vacances… ça suffit!

    1. Y’a que moi d’assez dingue pour écrire pendant l’été ou quoi? Mais j’ai pas le choix, quand le bébé va sortir, je crains de ne plus pouvoir rien faire…
      Et les profs… on rentre à la mi-août hein!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.