Moi et les histoires courtes…

Je ne le dirai jamais assez. Je n’arrive pas à écrire des histoires courtes. En tous les cas, pas en romance. On dirait que ça ne se prête pas au genre. Je vous entends me dire: « mais des tas de gens le font! » C’est vrai, mais moi… ça bloque. Je manque de temps, de profondeur, de précision. Je n’ai jamais assez de mots.

J’en suis à ma troisième nouvelle pour l’AT Romance et Bit-Lit. Peut-être que j’aurais dû prendre une bestiole moins clichée que le vampire, mais y’a que ça qui m’inspire. Autrement, faut tout expliquer et ça prend plein des mots pour expliquer…

Ma première nouvelle est bof, la deuxième est incomplète et la troisième… bien… on verra quand j’en aurai écrit plus que dix pages. Espérons que ce soit la bonne, autrement… je risque fort d’abandonner.

L’amour. Vaste sujet qui prend du temps et je me sens toujours coincée par le nombre de mots. Il faut se dépêcher à tout dire, couper, rendre fort, pas de détails, pas trop de ci, pas trop de ça… arg! Que c’est difficile! Franchement, chapeau à ceux qui y arrivent. Moi… je m’arrache les cheveux. Moins de mal à écrire un roman de 80 000 mots en trois semaines qu’une nouvelle de 15 000 mots en dix jours.

Encore une aventure à suivre…