Les aléas de l'écriture

Sur ma pile de correction, deux textes: La mémoire de l’ombre et Le cercle félin. Dans mon souvenir, le premier était plus riche que le second (et avait probablement moins de changements à effectuer). Hier, en ouvrant le premier tome, j’ai changé d’avis. Ça été écrit il y a un bon bout de temps, hein! Du coup… j’ai eu quelques « aye » à m’en faire saigner les yeux. C’est bien, moi qui voulais couper un peu dans le texte… ne vous inquiétez pas, j’ai de quoi faire!

Règle numéro 1: si l’histoire est bonne, ça ne veut pas dire qu’elle passe bien à travers les mots. Il faut constamment travailler, relire et corriger. Mince… ai-je l’énergie pour ça? On verra. Tant que je ne change pas de livre en cours de route… rien n’est perdu. C’est décidé, il faut au moins que je fasse un premier passage sur ce livre avant de le renvoyer au repos. Non mais… ça suffit tous ces manuscrits incomplets! Bref… y’a du boulot.

Et si j’écris le matin, l’inspiration, elle, vient la nuit. Parfois, ça m’empêche de dormir, pire qu’une lumière. Parfois même: ça me réveille. Bon, ces temps-ci, c’est plutôt le bébé qui me réveille, mais après, comme il faut se rendormir… ben voilà. On cogite. J’étais dans mon histoire de vampires quand une autre idée m’est venue en tête. Sur le coup, j’ai failli la chasser et dire: « Ah non, pas maintenant! », mais heureusement, j’ai arrêté mes enfantillages et je me suis souvenu que j’avais probablement encore trois semaines avant de devenir maman, alors…

Trois semaines, c’est pas le temps d’un premier jet, ça? Hum… qui sait?

Déjà, j’ai un début. Pour le reste ben… à suivre.