Je commence le mois de novembre à l’envers. Au lieu de continuer à écrire La marque du loup, j’ai commencé à le relire à partir du début. Du coup, je corrige un peu, je surligne les bouts qui m’énervent et qui nécessitent trop de boulot pour la tête que j’ai. Bref, je n’écris pas grand-chose. Je n’aime pas tout, non plus, mais vu le peu que je dors, je crois que je dirais ça pour n’importe quoi. Bref, c’est vraiment un premier jet, tout brouillon, tout beurk (et dans 2 mois, je dirai l’inverse, on pari?)

Si j’en crois mes stats du nano, à ce rythme, je finirai mes 50 k en 2015. Hé ouais… je ne suis pas sorti du bois!

Le bon côté, c’est que cette nuit, j’ai vu la fin de mon histoire (en général, c’est bon signe), sauf que là, je n’ai pas dormi (et je serais mauvaise langue de dire que c’est à cause de bébé, parce que c’est faux). Du coup: fatigue = on n’écrit pas = on se relit. C’est pas approprié pour le nano, mais tant pis. Je fais tout à l’envers, je vous l’ai dit. Et si je me tiens au scénario initial… il reste pas mal de trucs à écrire. J’en suis environ au 2/3 de l’histoire, mais quel tiers il reste! Et quelle réécriture aussi… hum…

Et sinon, aujourd’hui, j’ai fait une petite sieste avec bébé. C’est signe qu’il y a de l’espoir pour demain. Ou pas… qui sait, au fond?

Bon, pendant que les gens bossent et que le bébé dort, j’écris sur mon blogue… quelle procrastination!