Novembre, c'est le mois du Nano

Malgré mes réserves à embarquer dans l’aventure, le manque de temps et de sommeil, voilà que le Nanowrimo est réussi. De justesse ou peut-être un peu plus (autour de 60 000 mots), mais le résultat est loin de me convenir. C’est pourquoi je n’ose pas dire que La marque du loup est terminé, parce que ce serait faux, parce qu’il y a un chapitre qui ne va pas et qu’il manque une petite partie. Et pourtant, ça fait trente chapitres, 114 000 mots et plus de trois cents pages. De quoi se jeter sous un autobus. Arg!

C’est maintenant que je réalise que, dans mes précédentes histoires, mes brouillons se tiennent un peu plus. Là, il y a des incohérences (et pas que des petites). Peut-être parce que le premier jet a été écrit en plus que trois semaines (l’histoire a le temps d’évoluer, les personnages peuvent changer, etc.) peut-être aussi est-ce à cause de la fatigue. Je ne sais pas.

Si j’étais sage, je corrigerais. Ça ou autre chose (comme si je n’avais pas une pile de cossins à retravailler). Ou je terminerais mes Jokers ou n’importe quelle histoire qui est en suspens, mais comme je ne suis pas sage, j’ai une autre histoire qui me travaille et que je vais écrire. Ouais. Que voulez-vous? On ne se refait pas.