Et avec ce chaud mois de poussette et de chéri à la maison, je suis parvenue à accumuler 66 000 mots d’écriture. Un gros pavé qui s’est terminé, aidée par mes lecteurs qui me poussaient à vouloir la suite. Écrire de façon ouverte, ça certains avantages, je ne vous le cache pas.

Hop, un roman de plus dans la pile secrète.

Il y a beaucoup de projets dans ma tête (et dans ma vie aussi). Il y a des jours où j’ai envie d’ouvrir un autre blogue, juste pour tout raconter sans me sentir coincée, mais bon. De l’autre côté, je n’ai pas envie de raconter ma vie. Du coup… je suis coincée. Au moins, rester moi, juste ici, avec mes quelques lecteurs, ça me garde les pieds sur terre.

En résumé, j’ai de belles surprises un peu partout.

Depuis plusieurs jours, mon pavé étant terminé, je délaisse l’écriture pour la relecture du Cercle félin, avec deux copines qui m’aident (bientôt trois?) et un autre ami qui va repasser sur la masse phénoménale de pages par la suite. Déjà, j’ai terminé le tome 2 hier soir (très tard). Je suis contente. Il y a certains bouts à revoir, mais la structure se tient et j’avais (moi-même) hâte de lire la suite. C’est dire! Par contre, dans le premier tome, il y a encore des ajustements à faire, je ne vous le cache pas!

Bref… si je résume le mois de juillet 2013, je dirais que c’était un mois de soleil, de surprises, d’écriture et de correction. Rien de mauvais à déclarer, chef! Sinon un peu de fatigue (surtout aujourd’hui, d’où le billet de blogue!)

12 thoughts on “Juillet se termine…”

  1. 66 000 mots d’écriture dans un seul mois?

    Où peut-on t’ériger un autel? Parce que là, tu passe clairement dans la catégorie « Quand je serais grande, je veux faire pareil! » 🙂
    Félicitations en tout cas, parce que c’est une très belle réalisation…

          1. Attends, tout est possible! Qui sait! Tu vas peut-être devenir la nouvelle Sherrelyn Kennyon, la Kerrelyn Sparks québécoise, la reine incontestée et incontestable de la romance fantastique!

  2. Comment fais-tu pour écrire autant ? Mais, surtout, comment fais-tu pour ne pas te laisser freiner par ton critique intérieur ? À te lire, on dirait que cette bibite-là, tu ne la connais pas. 😉
    J’aimerais bien faire comme toi, car écrire librement, sans frein, m’aide à me sentir mieux avec moi-même. Mais j’ai du mal parfois à me défaire de cette voix critique qui m’empêche d’être l’écrivaine que je suis.
    Merci à l’avance de ta réponse.
    🙂

    1. Le critique il va revenir à la relecture et à la correction. Écris sans te soucier des autres, relis en te mettant à la place d’un lecteur. Autrement, ton frein t’empêche d’écrire en toute liberté. Plonge!

  3. Je vois que ton mois de juillet fut productif 🙂
    Je te souhaite un excellent début de mois d’août et beaucoup de promenades en poussette avec le petit Danaël qui grandit si vite #voirleblogdubonhomme #socute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.