Juin… en bref

J’ai l’impression que le mois de juin a défilé plus vite que la lumière. C’est forcément à cause des vacances (je crois en la théorie du complot sur ce coup-là).

Quand même, il y a eu quelques trucs que je veux souligner: j’ai encore un roman qui est sorti (je n’en parle pas, mais je vais me permettre juste un mot: wah!) J’ai également de (très) bonnes nouvelles concernant 2015. Autrement dit, j’ai de belles raisons de danser dans mon salon. La preuve, il a même fallu que je m’achète de nouveaux souliers! Moi qui déteste le magasinage…

Le mois dernier, je m’étais remise à l’écriture. En juin, j’ai bouclé ma première histoire de 2014 (et je vais répéter le mot: ENFIN!). J’espérais que ce soit un autre manuscrit (en plus, il presque fini), mais c’est une toute nouvelle histoire qui m’est tombée dessus. Elle m’a percutée, même! Je n’ai pas pu m’arrêter de l’écrire avant de l’avoir terminée. Comme d’habitude, la fin est un peu expéditive (c’est un peu comme les derniers mètres avant la fin d’une course, tout ce qu’on veut, c’est se rendre au bout, pas que ce soit génial), mais pour le reste, je pense que c’est bien (bah oui, quoi, franchement!)

Et si je n’ai rien lu en mai (à part des bouts de textes), voilà qu’en juin, je me suis remise à lire. Un peu de façon aléatoire, car ma kobo ouvre seulement les fichiers qu’elle veut bien, passe au suivant quand j’essaie de choisir un livre (faut que je la vide et que j’arrange ça, possible que je l’ai négligée trop longtemps). N’empêche, j’ai bien ri en lisant du Sophie Kinsella pour la première fois. Son roman Les petits secrets d’Emma n’est pas un coup de cœur, mais c’est définitivement un bon livre (le gars riche, célibataire et trop parfait, je n’y ai pas cru, mais elle… wah! De la bombe!) Ça donnerait presque envie d’écrire de la chick-lit, tiens (sachant que j’ai un humour assez décapant, ça pourrait être drôle), mais pas maintenant. Maintenant, je suis censée être en vacances.

Là aussi, je mens un peu, car même si je suis souvent au parc ou dans la barboteuse avec fiston, je prends des jours pour moi (lire: pour écrire, prendre un bain, toussa). Et j’avoue que toutes mes bonnes intentions s’envolent quand je compte les jours avant la rentrée (et que je vois tout ce qu’il me reste à faire avant). L’exemple le plus flagrant: je voulais refaire mon site web pédagogique. J’ai tout enlevé, tout réinstallé, puis tout remis en place (le vieux site, quoi), parce qu’il y a trop de ramifications dans ce site pour que j’arrive à tout reconstruire si je n’y mets pas tout mon temps pendant des semaines (sans gamin, sans écrire, sans rien). Sachant que deux textes vont me tomber sur la tête dans les jours (heures) qui viennent… ça attendra.

Sur ce, sachez que c’est l’anniversaire de mon blogue. Il a 4 ans, ce petit. Là aussi, dans ma to do liste, il y a du ménage à faire, mais ça aussi, ça attendra… D’ici là… profitez bien!

sdfdf