Août 2014 en bref…

Août a été aussi rapide qu’un battement de cils. La fin des vacances, déjà, puis le retour à la réalité, la rentrée, la rencontre avec mes nouveaux groupes, les premiers projets mis en branle, des idées qui germent, etc. Ce week-end, c’était un road-trip au Nouveau-Brunswick pour l’enterrement de ma grand-mère, mais en fait, c’était surtout un voyage en famille pour découvrir les souvenirs de jeunesse de mon père (et quelques uns de ma mère aussi, par la même occasion). Un beau week-end, de belles rencontres, même si deux jours sans mon fils… aïe! Maman avait quand même hâte de revenir.

Alors que s’est-il passé durant le mois d’août? Il y a eu quelques chapitres volés au temps pendant que j’étais en France (à la hauteur de 17 000 mots). Un début d’histoire en pause. Il y a surtout eu beaucoup de préparation de cours (et de projets pour le travail), et ce dernier week-end assez intense. Trois jours, deux nuits, beaucoup de routes, plein de lectures rapides durant le trajet, et la mise en place de trois histoires qui forment une sorte de cycle. En résumé, l’histoire de trois sœurs imbriquées dans des situations amoureuses fort compliquées. Quand aurais-je le temps de les écrire? Je ne sais pas, mais je vais noter ça quelque part (et il semblerait que l’un de mes romans en suspens pourrait bien faire partie de cette série, ça reste à voir).

Sinon, j’ai reçu de belles nouvelles (dont je ne peux pas encore parler), et tellement de beaux commentaires pour Le Cercle félin. C’est chouette, surtout quand le travail prend toute la place et qu’on ne sait pas quand on trouvera le temps de replonger dans une histoire. On dirait que ça me réconforte de savoir que, même quand je n’écris pas, mes histoires continuent de vivre.

En attendant, la folie de la rentrée continue. J’ai des groupes en feu, et j’ai hâte de recevoir mes premiers travaux!

Et puis, septembre ne sera pas de tout repos avec la sortie du dernier tome du Cercle félin et de ma romance paranormale Un cadeau du ciel.Ou peut-être que oui, en fait… c’est l’avantage d’avoir repris le boulot!