La romance francophone

forum de discussions
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Pseudo anglo?

Sur ce forum, nous avons abordé les lieux autre que ceux de la francophonie, les titres anglophones, mais qu'en est-il des pseudos anglophones? Doit-on y voir le désir de se perdre dans la masse anglophone?

Déjà quand on a un un titre anglo et un pseudo anglo, je me demande ce qu'on cherche. Je n'en ferai pas une thèse, mais j'avoue avoir un malaise face à ce procédé. C'est comme si on voulait se perdre parmi les auteurs anglo-saxons, ou, mais est-ce mieux? renier son côté francophone. Un pseudo, c'est choisi, après tout. On vise certainement à charmer les lectrices qui aiment la romance traduite ou... je ne sais pas, en fait. Vous avez une idée? Ça vous énerve ou je suis la seule alien de l'endroit?

Cela dit, ça donne lieu à de belles anecdotes. Quand on poste des couvertures de romances à paraître, on demande souvent: ce sera traduit? euh... comment dire... J'espère que l'auteure ne s'en offusque pas (elle l'aurait bien cherché, hein).

Voilà, on aura fait la boucle du thème anglophone, mais quelque chose me dit qu'on y reviendra 🙂

Je me souviens d'une interview de Tatiana de Rosnay où elle disait qu'entre le nom de son père et le nom de son mari, elle aurait pu, rétrospectivement, prendre un nom de plume bien à elle, à l'instar de Camille Laurens. Je pense qu'on veut tou/te/s, un peu, être quelqu'un d'autre ou alors quelqu'un entièrement à soi.
Je trouve par contre dommage de s'éloigner totalement de qui on est (peut-être même renier comme le dit Suzanne), d'avoir des pseudos qui n'ont rien à voir avec soi / avec la langue dans laquelle on écrit, comme si c'était une marque légèrement mensongère (façon Häagen-Dazs), ce qui est étranger (ou anglophone en l'occurrence) n'est pas toujours meilleur. J'ai quand même un peu de scrupule à critiquer parce que je porte le nom que je porte et je dis (trop) souvent « comme le nom ne l'indique pas... » et on m'a déjà demandé si c'était un nom de plume.
Si je devais prendre un pseudo (ce n'est pas prévu, mais sait-on jamais), moi qui ne suis pas francophone d'origine mais qui écrit en français, j'aurais pris quoi ? Quelque chose de prononçable ? (Sûrement.) De neutre géographiquement ? (Certainement.) Mais cela demande une réelle recherche pour avoir un nom qui nous suivra pendant toute notre carrière (que je souhaite longue pour toutes !), qui ne soit pas un pseudo kikoolol ridicule, digne de mIRC et Cie, qui nous collera à la peau à tout jamais comme une mauvaise plaisanterie. Quelle responsabilité !
Comme l'a dit Suzanne sur le fil à propos des titres, c'est quand le lecteur parle de « mauvaise traduction » d'un roman écrit en français par un auteur français qu'on voit que cette stratégie a ses limites.

Quand j'ai réfléchi au pseudo que je souhaitais prendre, pour moi il était évident qu'il fallait qu'il me ressemble et qu'il sonne français, pour que je sois identifiée comme autrice francophone.

Je ne pouvais pas prendre mon vrai nom qui est très courant si je tape sur facebook il y a plus d'une centaines de résultats, et à la fin personne ne m'aurait trouvé. Mon nom d'épouse pareil, je ne le voulais pas, c'est peut-être pessimiste ce que je vais dire, mais j'ai pensé que si un jour je me séparais de mon mari je serais bien embêtée.

Alors, j'ai gardé mon prénom et j'ai "traduit" mon nom de famille qui vient du latin et qui veut dire Forgeron. (Après j'aurais pu aussi prendre les noms de ma mère ou de mes grands-mères, mais c'était soit polonais, soit espagnol et je perdais le côté francophone)

Alors, j'ai gardé mon prénom et j'ai "traduit" mon nom de famille qui vient du latin et qui veut dire Forgeron. (Après j'aurais pu aussi prendre les noms de ma mère ou de mes grands-mères, mais c'était soit polonais, soit espagnol et je perdais le côté francophone)

C'est une belle façon de faire! Et ça reste toi, en quelque sorte. J'aime beaucoup.

Sinon, j'aime bien l'idée d'avoir choisi un nom à connotation francophone. Crois-tu que cela te pénalise?

Citation de idmuse sur 26 septembre 2016, 19 h 31 min

Alors, j'ai gardé mon prénom et j'ai "traduit" mon nom de famille qui vient du latin et qui veut dire Forgeron. (Après j'aurais pu aussi prendre les noms de ma mère ou de mes grands-mères, mais c'était soit polonais, soit espagnol et je perdais le côté francophone)

C'est une belle façon de faire! Et ça reste toi, en quelque sorte. J'aime beaucoup.

En traduisant, mon nom serait Jeanne Dulac / du Lac ou Jeanne de la Lagune ou Jeanne du Lagon... 😀

Citation de idmuse sur 26 septembre 2016, 19 h 31 min

C'est une belle façon de faire! Et ça reste toi, en quelque sorte. J'aime beaucoup.

Sinon, j'aime bien l'idée d'avoir choisi un nom à connotation francophone. Crois-tu que cela te pénalise?

Merci^^

Si ça me pénalise je ne sais pas encore, disons que ça n'a pas encore fait ses preuves.^^

Mais quelques autrices avec des noms francophones s'en sortent plutôt bien, Marie Vareille, Cécile Chomin, Florence Gérard et d'autres sûrement.

Sinon Jo Ann j'aime bien la traduction de ton nom, ça donne un petit côté légende Arthurienne.

Le pseudo/nom en français pourrait donner aussi une notion de proximité, non ? Si jamais il y a des salons, il y a plus de probabilités de rencontres qu'une auteure étrangère...
(Pour ceux/celles qui aiment les rencontres, bien sûr. 🙂
Citation de Julie Forgeron sur 26 septembre 2016, 20 h 17 min

Sinon Jo Ann j'aime bien la traduction de ton nom, ça donne un petit côté légende Arthurienne.

Je me le suis dit aussi ! 😀

Avec la déferlante des auteurs Wattpad, on se retrouve avec un foisonnement de pseudonymes improbables (et là ce n'est pas plus la question de la consonance étrangère, mais le fait qu'il n'y a même pas de nom/prénom ou alors avec une orthographe complètement fantaisiste...)

Citation de Jo Ann v. sur 26 septembre 2016, 19 h 35 min

En traduisant, mon nom serait Jeanne Dulac / du Lac ou Jeanne de la Lagune ou Jeanne du Lagon... 😀

Moi, je trouve ça beau. 😛 LOL

Sinon, moi aussi, de prime abord, ça a tendance à m'agacer... surtout quand c'est des noms hyper platte; genre, si c'est pour t'appeler Mary Smith, euh, désolée, mais c'est -10 sur l'échelle du glamour... Enfin, bon.

Cela dit, Jo Ann en est un bel exemple : alors que la population est de plus en plus mixte, je ne vois pas pourquoi on se limiterait à des noms de souche française, juste parce qu'on est française ou qu'on écrit en français. Ça a un côté « whitewashing » ou assimilationniste qui est horripilant en soi. C'est la même chose que de ne choisir que des noms bien français pour nos personnages sous prétexte qu'ils sont français, alors que, là où j'ai grandi, mes camarades de classe avaient des noms arabes, espagnols, catalans, portugais, polonais... Et ici, au Québec, il y a pas mal de noms anglais, même parmi les francophones.

Tenez; si, comme moi, vous aimez les statistiques, vous vous régalerez avec cette liste des 1000 noms de famille les plus courants au Québec : http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/caracteristiques/noms_famille_1000.htm

Ce qui est fascinant aussi pour quelqu'un comme moi, qui a vécu dans les deux pays, c'est qu'on puisse parler la même langue et avoir des noms aussi différents. Il y a quelques noms dans la liste qui sont également communs en France, mais la plupart ne le sont pas; la plupart crient "Québec". Des fois, je me demande si je ne devrais pas prendre un pseudonyme québécois si je veux avoir du succès ici (genre Marie-Ève Tremblay... ou Geneviève Gagnon-Larrivée -- non, il faudrait d'abord que j'apprenne à écrire en québécois pour rendre ça crédible!). 😀

[Pour s’inscrire]