À relire, à ajouter, à effacer… on devient vide. Puis vient ce petit moment où ce qu’on écrit se rebranche avec le reste de l’histoire. Et les pages défilent plus rapidement. C’est presque la fin.Même moi, j’arrive pas à y croire.

site pédago
%d blogueueurs aiment cette page :