20. Est-ce que vos lectures influencent votre manière d’écrire ?
Oui, c’est pourquoi j’évite de lire quand j’écris, mais je peux dire la même chose des films que je regarde ou de la musique que j’écoute. Par contre, j’aime prendre des notes (sur un support externe, car je suis incapable de barbouiller mes livres). Parfois, je me sens comme une éponge qui absorbe les émotions des autres et qui essaye de les libérer différemment par le biais de l’écriture.Par contre, quand je lis, je dévore. J’ai du mal à ne pas terminer ce que je lis dans la journée (quand j’ouvre un livre, en général, j’ai du temps pour passer à travers avant la nuit ou bien je me couche tard).

Je sais qu’il y a des livres qui se lisent lentement…, mais moi j’ai trop hâte de savoir, désolée 😉

21. Êtes-vous du genre à partir d’une idée, écrire, et prévoir le scénario en chemin, ou à tout planifier avant de commencer l’écriture, même si par la suite vous devez dévier de votre synopsis?
Les deux, ça dépend des histoires. J’avoue que quand j’ai l’histoire déjà bien établie dans ma tête, j’écris beaucoup plus vite. On dirait que j’ai hâte d’arriver au passage qui fait mal pour voir si mes personnages vont franchir les obstacles comme je l’ai prévu. Ce qui n’est pas toujours le cas, je dois l’admettre! Je n’aime pas beaucoup les plans, mais j’aime les contraintes et les règles. Exemple: un roman dont les chapitres font moins de cinq pages. Ça veut dire GTTP : Get to the point! C’était drôle, mais je suis pas sûre de l’histoire.Parfois j’écris en sachant déjà qui meurt. Et je pleure avant même qu’il meurt, parce que j’aime pas quand les gens meurent. Ça c’était pas drôle, maudit Viz, je pense que je lui en veux encore d’être mort! Quand je pense que c’est ma faute!

Ah et… je suis contre la mort (sous toute ses formes).

site pédago
%d blogueueurs aiment cette page :