Décidément, il ne me laisse pas de répit, celui-là. Je devrais me jeter dans la réécriture du Cercle félin, mais j’ai envie d’avoir un petit quelque chose pour mon CreateSpace [les gagnants du nano ont droit à 5 copies imprimées gratuites]. J’hésitais donc entre La perte ou Le mari encombrant (quelque chose qui fait juste un tome, quoi) et je me suis emmêlée les pinceaux dans La perte. Je coupe. Un chapitre ici, un paragraphe par là. Et en revenant, hier soir, je songeais à en couper deux autres. Arg.

Dans la folie du début de session, je n’ai aucune liberté pour écrire (et chéri est à la maison, maintenant, donc…) Autant que je corrige, même si j’y vais à grands coups de ciseaux (l’avantage de mon processus, c’est que je ne perds jamais rien).

Il va falloir que je me trouve une nouvelle routine. En attendant, on s’amuse comme on peut…

Je reviendrai parler de mes lectures sous peu. Pour l’instant, je n’ai juste pas l’énergie nécessaire d’écrire quelque chose d’intelligent 😉