Skip to content

Les personnages

Plutôt que d’investir mon temps dans un plan, j’avoue préférer inventer des personnages. Après tout, ce sont eux qui vivent et qui portent mes histoires. Ils doivent donc être solides et aptes à rendre chacune de mes scènes correctement. Ils sont d’ailleurs « construits » pour guider chacun de mes récits jusqu’à leur point central. Mon but, c’est donc de les rendre vivants (pour moi, mais aussi pour mes lecteurs). De ce fait, quand le roman est terminé, j’ai la sensation d’être toujours habitée par eux et j’espère qu’il en est de même pour ceux qui adoptent mes livres.

Si les personnages sont forts. S’ils sont vrais. Ils pourraient même resservir dans une autre histoire. Ou dans un autre tome, pourquoi pas? Cela m’est arrivé d’être hantée par une suite non planifiée!

Mais comment faire pour avoir de bons personnages? C’est tout simple (ou presque) : il faut qu’ils aient une personnalité qui leur est propre. Écoutez-les vous raconter votre histoire de leur point de vue. Baptisez-les, donnez-leur, non seulement des noms, mais des surnoms, une famille, un passé, des qualités, certes, mais surtout des défauts. Même si j’écris de la romance, et que je suis censée inventer le prince charmant, croyez bien qu’il a des sales petits défauts énervants, et ma tâche sera de les faire apprécier, non seulement à sa future dulcinée, mais surtout aux lectrices!

Pour tous vous dire, mes personnages ont rarement un corps. En fait, ils n’en ont jamais au début. Ils prennent vie au fil des pages. C’est pourquoi je les décris très peu. Que mon héroïne soit brune ou rousse, personne ne s’en soucie. Moi, la première. Ce qui compte, c’est sa personnalité : son vécu, la façon dont elle va réagir aux épreuves que je lui envoie. Je mise surtout sur ses forces, ses faiblesses… ses failles. Car oui, il faut que votre personnage soit faillible. Cela ne le rendra que plus vrai et plus attachant.

Beaucoup d’auteurs font des fiches avec des images d’acteurs / d’actrices connu/e/s pour pouvoir s’y référer en cours d’écriture (et ne pas avoir un raté sur une description). Généralement, je rajoute des détails durant la réécriture, car j’ai remarqué que mon personnage prenait de l’épaisseur pendant l’écriture du premier jet (sa personnalité s’affirme et je le connais de mieux en mieux). De ce fait, c’est comme s’il apparaissait physiquement au fur et à mesure que j’écrivais. Jamais au début. Et au lieu de chercher un acteur pour le représenter (et risquer de ne plus le voir comme une âme dans mon esprit), je note simplement les caractéristiques que je lui donne dans une bulle de commentaire dans mon document Word et j’y réfère lors de la relecture / réécriture / phase de correction.

Inutile de dire que je ne fais pas de fiche personnage et je ne réponds jamais aux 50 questions susceptibles de faire en sorte que je connaisse bien connaître mon personnage, ce qui est régulièrement prescrit dans les guides d’écriture usuels. Je note simplement ce qui me paraît important pour l’histoire. Un peu de passé (l’essentiel, en réalité) et quelques notes sur ce à quoi il ressemble que je remplis au fur et à mesure de l’écriture de mon premier jet. Par la suite, c’est à lui de prendre corps, mais je ne vous mentirai pas : en tant qu’auteure, je préfère son âme à son corps.

ajax-loader