Skip to content

Les recherches préalables

Il arrive, souvent pendant qu’on note un plan sommaire, ou parfois même en cours d’écriture, qu’on constate qu’il nous manque certains éléments afin d’assurer la cohérence de notre histoire. Après tout, on ne peut pas tout savoir! Comment tuer un personnage de façon efficace? Comment faire disparaître un corps? Quelle est l’âge légal pour consommer de l’alcool dans tel pays? Pour avoir un permis de conduire? Sous prétexte que vous n’êtes ni policier ni médecin, que cela ne vous empêche pas d’en créer un! Mais par pitié : renseignez-vous avant de les mettre en action!

La créativité se nourrit beaucoup de nos recherches. Même quand vous n’êtes pas en train d’écrire, n’hésitez pas à lire le journal ou à vous nourrir de tout ce qui peut vous arriver. On ne sait jamais ce qui va alimenter nos histoires. N’oubliez jamais que Madame Bovary a été inspiré par un fait divers lu dans le journal. La preuve que tout peut déclencher votre inspiration!

J’ajoute ici de ne pas utiliser uniquement Google comme source pour vos recherches. Ne négligez pas la bibliothèque par pure paresse. N’oubliez pas que leurs livres ont été vus, revus et corrigés par de véritables professionnels. Leurs informations ne sont peut-être plus toujours aussi à jour, mais elles restent certainement plus fouillées que tout ce que vous pourriez trouver sur un site Internet. Pensez-y! Il n’y a rien plus énervant que de lire des romans bourrés d’incohérences.

Cela étant dit, avec tout ce qui se trouve en ligne, nous vivons à une époque formidable pour faire des recherches. La preuve : quand j’ai décidé de situer l’un de mes romans en Angleterre, dans un village près de la mer, j’ai pu m’y promener grâce à Google Maps. J’ai même trouvé la maison de mon personnage principal en me déplaçant de façon virtuelle dans les rues, puis j’ai gardé une image de l’endroit afin de la décrire adéquatement quand la scène est arrivée. Ça, c’est la partie facile. Mais tout n’est pas simple pour autant.

Je n’ai jamais autant détesté la recherche qu’en me risquant à écrire une romance historique. Moi qui suis nulle en histoire, il m’a fallu lire sur l’époque victorienne, sur les tenues, sur les mœurs, etc. J’avais même besoin d’un dictionnaire pour vérifier que certains mots existaient à cette époque (le mot « traumatisme » n’existait pas en 1843, sachez-le). Bref, que c’était difficile! Mais voyons le bon côté des choses : nous avons la chance de pouvoir trouver aisément une quantité phénoménale d’informations en ligne. Pas toujours, cela dit, et comme l’historique était un défi incroyable pour moi, j’ai déjà sélectionné quelques livres de la bibliothèque en vue de la réécriture (et certains ne sont qu’en anglais!). Bref, assurez-vous de ne rien laisser au hasard dans votre histoire.

Si vous êtes un jeune auteur et que vous en êtes encore à vos premiers écrits, je vous conseillerais de vous inspirer d’éléments que vous connaissez déjà très bien. Si vous planifiez un roman SF ou de fantasy, voilà qui risque de compliquer la donne. Je ne peux que suggérer de faire un véritable effort de recherches. Lisez beaucoup de romans dans ce genre littéraire et tout ce qui peut vous guider pour la création de votre univers. C’est la base. Et si vous êtes coincé durant l’écriture, mettez des notes (ou comme moi, des commentaires) dans votre document pour ne pas oublier de revenir vérifier certaines informations. Si vous reléguez la partie recherche à votre éditeur, vous risquez de ne jamais en trouver un, ou de le payer cher de votre réputation quand vous aurez de mauvais commentaires de lecteurs (parce que les éditeurs ne vérifient pas tout, hein).

Dans tous les cas, n’hésitez pas à utiliser un mur dans votre bureau où vous pourrez coller des idées, des photos ou des croquis, pour rendre le tout plus visuel, surtout si vous êtes dans un univers que vous créez de toutes pièces. C’est parfois plus simple. Si je prône souvent de se lancer dans le vide au lieu de passer trop de temps sur un plan, que cela ne vous empêche pas de préparer un petit filet de sécurité!

Dernier truc, essentiel s’il en est un : quand vous faites des recherches, ne vous sentez surtout pas forcé de nous détailler vos trouvailles afin de prouver que vous avez lu sur le sujet. En vérité, je dirais même : évitez! Trop de précision tue le plaisir de lecture, surtout dans une scène d’action. C’est un peu comme certains professeurs qui veulent tellement passer leur matière que plus personne ne les écoute. Il faut simplement dire l’essentiel et de laisser le lecteur (ou les étudiants) combler les espaces vides. Faites confiance à vos lecteurs!

Si vous devez en savoir beaucoup pour être crédible, souvenez-vous qu’il faut avant tout vulgariser et disséminer l’information à justes doses durant l’écriture de votre histoire. Ne nous donnez surtout pas un cours sur la façon dont fonctionne votre univers afin de faire œuvre utile! Montrez-le surtout si cela est nécessaire. Vous verrez à la réécriture s’il faut en ajouter (ou en enlever).

ajax-loader