Skip to content

Le commencement

Avec de songer au livre, il y a d’abord un rapport de base avec l’écriture. C’est le début de toute chose. Quand? Comment? Pourquoi? Cela vous appartient. C’est votre histoire. 

Personnellement, j’ai commencé à écrire parce que j’avais une trame en tête depuis des années (on a tous des histoires en tête, sachez-le), mais voilà que des gens m’ont dit : « écris-là, j’aimerais ça la lire ». Il n’en fallait pas plus pour que je m’installe à mon ordinateur et que je laisse les mots sortir de mes doigts (et de ma tête). Mes comparses me lisaient chapitre par chapitre en quémandant la suite.

Résultat: en trois mois, j’avais le premier jet d’une trilogie de 900 pages (très brouillon), mais terminée.

Laissons de côté ma vitesse d’écriture et revenons au début de cette histoire, parce que ce commencement est tout sauf anodin.

Écrire, c’est mettre sa vie en suspens pour qu’apparaisse celle de ses personnages. Beaucoup commencent, mais se découragent dès qu’ils comprennent quelle discipline cela implique. Car quoi qu’on en dise, écrire exige du temps – beaucoup de temps! Et je n’ai pas (encore) abordé la question de la réécriture.

Quand je dis que ma trilogie (qui n’a jamais été publiée d’ailleurs) a été écrite en 3 mois, beaucoup me regarde avec de grands yeux (dédaigneux, pour être honnête, mais passons). Vous ne l’avez pas lue que, déjà, vous la jugez. Libre à vous de le faire. C’est normal.

Sauf que je l’ai écrite. Complètement.

Écrire, ça demande du courage. Terminer un roman, ça exige un sacrifice.

Mais j’ai écrit cette trilogie. Personne ne me jettera la pierre quand je dirai à quel point j’en étais fière. Cette histoire était sortie de moi. Mot à mot. Elle était là, sur l’écran de mon ordinateur. Je l’avais fait.

Voici où je veux en venir : beaucoup veulent écrire un roman. Certains le font. Certains le publient. Ce sont là trois catégories à part entière. Trois étapes, si je puis dire. Mais il faut prendre le temps de voir ces étapes.

Écrire, ce n’est jamais anodin. Ce n’est pas juste un passe-temps. C’est aussi un sacrifice. Je l’ai dit et je vais le répéter : cela prend du temps (beaucoup) et de la détermination aussi (peut-être même plus que du temps). Buter sur une scène, chercher le bon mot, la bonne structure, la façon adéquate de rendre l’histoire accrocheuse pour un lecteur, ce sont des étapes essentielles. Des heures à ne pas regarder la télé, à ne pas sortir, à sacrifier des matins calmes ou des soirées en amoureux.

S’assoir pour écrire, c’est un début. C’est mieux que ceux qui ne le feront jamais. Maintenant, tenez le rythme afin de mener votre projet à bon port.

ajax-loader