Skip to content

Une question de cohérence

Gardez toujours en tête que la meilleure idée du monde ne fera pas nécessairement un bon roman. Ce n’est pas l’idée qui compte, mais son développement et, bien souvent, sa cohérence. Il se peut se passer des situations abracadabrantes si elles sont justifiées et bien amenées. Dès qu’un souci de cohérence se fait sentir, le lecteur risque de décrocher (moi la première), alors imaginez un éditeur! Personnellement, je laisse une chance (parfois deux) à l’incohérence avant de refermer le livre.

Je ne suis pas contre les scènes exagérées, bien au contraire, la littérature en est remplie, mais celle-ci doit avoir un sens et emmener l’histoire quelque part, sinon à quoi bon? Les rencontres fortuites, ça va une fois, peut-être deux, mais dans un village, pas dans une ville de 10 millions de personne! Si vous faites débarquer des extra-terrestres, pas de souci, mais restez bien dans votre genre littéraire et faites une œuvre cohérente du début à la fin!

N’oubliez pas vos personnages dans cette équation, et surtout : leur personnalité. Si votre héroïne passe son temps à pleurer à chaque problème qui survient et que, subitement, elle devient courageuse et motive les troupes… vous avez intérêt à nous montrer l’évolution de son caractère avant d’en arriver à cette scène.

Souvenez-vous que vos personnages réagissent aux événements de votre histoire. Ou plutôt, ils subissent les épreuves que vous leur avez préparés. Laissez-les souffrir – longtemps, s’il le faut – mais toujours de façon cohérente avec la personnalité dont vous les avez dotés.

Si une guerre se prépare, je doute que vos personnages aient vraiment envie de dormir, sinon pour tenter de prendre du repos avant l’heure fatidique. Je crois plutôt qu’ils devraient se préparer, sachant qu’ils risquent de mourir. Ils dormiront bien assez s’ils échouent!

La cohérence de vos personnages, c’est avant tout ce qui les rend vivants, et surtout : crédibles. Le lecteur doit s’y attacher et avoir envie de suivre leurs aventures. N’oubliez pas que ce sont eux qui portent votre histoire. Si votre héros agit comme un enfant de 12 ans alors qu’il en a 40, je ne suis pas certaine que vos lecteurs y croient. Pensez-y! La cohérence doit être partout : dans le comportement de vos personnages, mais aussi dans leurs agissements et dans leurs réflexions (qui ne sont pas nécessairement les vôtres!) N’oubliez pas de vous mettre dans la peau de vos personnages. Ce n’est pas vous!

ajax-loader