Skip to content

On recommence?

Que votre livre soit publié ou autopublié, le sentiment est le même : la fierté. Ça y est, vous avez terminé un cycle. Votre livre existe. Et maintenant?

Si vous n’avez pas déjà succombé à l’appel de l’écriture, qu’attendez-vous? La gloire? Ne soyez pas si impatient! Il est inutile de cliquer sur le bouton « rafraîchir » de votre navigateur pour vérifier si un nouveau mail est arrivé, ou si un premier commentaire agrémente votre lien Amazon, ou si on parle de vous quelque part…

Pauvre vous! Vous n’avez pas encore compris qu’un auteur devrait être patient?

Patient pour écrire, d’abord. Patient pour publier, surtout. Patient pour que cela rapporte. Bref, patient pour tout!

Disons que le cycle est juste un peu plus rapide une fois qu’on a publié une première fois. À peine plus rapide, en fait. C’est pourquoi je vous recommande de reprendre l’écriture sans attendre. Ça, c’est vrai. C’est concret. C’est notre travail. Et notre plaisir aussi!

Une auteure américaine que je suis sur Facebook a regardé ses ventes et a fait le calcul pour pouvoir en vivre. Résultat? Selon ses courbes de vente, elle a découvert qu’il lui fallait entre 4 et 8 romans (par an!) pour avoir un salaire décent. Devinez ce qu’elle a fait? Eh oui, elle a écrit les 4 romans qu’il lui fallait. Et 2 autres. Et 3 autres.

Cela semble simple, hein? Mais vous et moi, on sait très bien que ce n’est pas le cas. Avant de devenir la prochaine J.K. Rowling, considérez bien vos acquis. Si un roman fonctionne bien (tant mieux!), il se peut cependant que le suivant n’ait pas autant de succès. Qu’il tombe mal dans la publication. Que la couverture ne soit pas adaptée au genre. Que l’effet mode dans lequel vous excellez soit passé.

Comme pour tous les arts, les revenus sont extrêmement aléatoires.

Une année, j’étais riche; la suivante, j’étais juste bien; l’an prochain, je serai peut-être pauvre. Les revenus d’auteurs, ça fluctue énormément. Et comme, en maison d’édition, nous avons droit à notre rapport de vente 18 mois après la sortie d’un roman… il ne faut pas se presser! Mon conseil : ne planifiez pas vos prochaines vacances trop vite! Et notez que les impôts seront ravis de vos ventes, eux aussi…

Peu importe tout ceci. Écrivez sans vous soucier des détails. Oui, c’est merveilleux de gagner des sous grâce à nos romans, mais ne vous positionnez pas dans l’attente de ceux-ci. Ce qui compte, à mon sens, c’est l’écriture. Tout le reste, c’est en plus (et ce plus, croyez-moi, il apporte son lot de souci, d’où l’importance de rester concentrer sur ce qui compte réellement).

ajax-loader