Naissance de Joey

N

Depuis le début de la pandémie, je marche beaucoup dans mon quartier. Je suis près du Mont-Royal et près de l’oratoire, de ce fait, pour tant peu qu’on a envie de monter, j’ai accès à des points de vue très jolis et des mini forêts qui me dépaysent assez vite.

Quand on monte au troisième sommet du Mont-Royal, on longe le cimetière Notre-Dame-des-Neiges. C’est celui qui a la tombe de Nelligan (que je ne suis pas encore allée voir) et la Fuck You Tomb aussi. Souvent, en passant, je voyais mon fils courir, faire du vélo ou ramasser des trèfles à quatre feuilles, sur le bord de ce chemin. La vie, c’est un sacré contraste quand on marche à côté d’un cimetière. Mais pas tant. Il y a de jolis fleurs, là-bas. Et souvent, dans ma tête, il y avait une phrase qui revenait en boucle: la vie, la mort, toussa toussa. Life, death and everything in between.

In Between.

Au fond, c’est ça, l’important, ce n’est ni la vie ni la mort, mais ce qu’il y entre les deux.

Le titre a germé. C’est devenu mon titre de travail. Et Joey est né… pour mourir. C’est bête, mais c’est précisément comme ça que je l’ai voulu. Si beau dans sa vie éphémère. Beau à vouloir vivre. À vouloir nous montrer à le faire. Sans amertume et sans regret. Il arrive même à nous faire oublier tout ce que nous croyons si important depuis toujours.

C’est ça, Joey. C’est la vie à l’état brut.

Et pour compenser ce personnage à la joie de vivre décapante, j’ai créé Dani. Dani qui est triste parce que sa vie part à la dérive. Dani qui a besoin, comme nous tous, de se remémorer pourquoi la vie existe: pour être vécue. C’est pour ça que leur histoire est belle. Elle est brève comme la vie. Simple. Magique. Intense. Puissante.

Et même si vous sentez déjà que ce sera difficile – soyez vite rassurés. Il y a de magnifiques fous rires à cueillir dans cette histoire.

Je vous mets au défi de pouvoir résister à Joey!

Un commentaire?

ajax-loader